Portrait de scientifique: Sabrina Krief

Par ElenaXLII

SabrinaCet été notre équipe a reçu la visite de Sabrina Krief, primatologue, maître de conférences du Muséum National d’Histoire Naturelle, vétérinaire de formation.

Son aventure avec les grands singes commence lors de sa thèse, au Congo, où elle « accompagne » des jeunes chimpanzés orphelins, pour aider leur re-insertion en forêt. La question qui se pose est: est-ce que ces animaux, soustrait à leur environnement et à l’apprentissage social par leurs co-spécifiques, sauront se débrouiller et exploiter la variété de plantes qui s’offre à eux pour leur alimentation?

Elle va découvrir qu’ils en font même plus, et son aventure va commencer…

Chimpanzé mâle adulte mange des feuilles de Trichilia rubescens, plante à propriété anti-paludique. Kibale National Park, Ouganda

« Nos travaux de recherche ont pour objectif de mieux comprendre les interactions entre les grands singes et leurs écosystèmes, en particulier les agents pathogènes et les plantes des forêts tropicales.

Dans ce but, nous étudions quelles parties de plantes sélectionnent les grands singes malades et sains. Les analyses des activités biologiques (antiparasitaires, antibiotiques…) de ces plantes et les travaux de phytochimie (isolement des molécules responsables des activités) permettent de déterminer si les consommations des grands singes sont susceptibles de contribuer au maintien ou au rétablissement de leur santé. La « zoopharmacognosie » permet donc d’explorer les comportements d’automédication. Un suivi sanitaire systématique et l’analyse de selles (parasites) permet d’évaluer l’état de santé des individus observés. « 

Ainsi, Sabrina Krief et son équipe découvrent que les chimpanzés observés (d’abord au Congo, puis en Ouganda) ne se limitent pas à consommer des plantes connues pour leurs nutriments, mais se servent d’écorces, de feuilles, de baies, de façon irrégulière et pointue.  Est-ce que ces plantes auraient un intérêt médical? Les chimpanzés observés ne seraient-ils pas en train de s’auto-soigner? Comment apprennent-ils à le faire? 

Imoso, mâle dominant de la communauté de Kanyawara, mange des fruits de Phytolacca dodecandra. Les feuilles et les fruits sont utilisés dans la médecine traditionelle pour soigner les plaies. Kibale National Park, Ouganda.
Imoso, mâle dominant de la communauté de Kanyawara, mange des fruits de Phytolacca dodecandra. Les feuilles et les fruits sont utilisés dans la médecine traditionelle pour soigner les plaies. Kibale National Park, Ouganda.

Le travail de recherche commence, guidé par ces questions, et c’est bien un travail intrinsèquement  multi-disciplinaire, qui mobilise la connaissance des grands singes et de leurs habitudes, de leur évolution, la phytobiologie, la phytochimie, la connaissance des principales maladies, des parasites, des germes pouvant infecter les singes des régions étudiées. Il s’agit d’observer le comportement alimentaire de ces animaux, de collecteur leurs selles et urine (celle du matin, explique Sabrina, en se levant tôt pour être prêts à leur réveil, droit dessous leur arbre de la nuit). De relier les observations sur la consommation de certaines plantes à l’état de santé de l’animal. D’analyser les feuilles, les écorces, les baies consommées et d’en extraire des substances chimiques connues, de relier celles-ci à des principes actifs et à des maladies.

Le travail se déroule ainsi sur place, dans les parcs nationaux africains, où Sabrina Krief et son équipe s’installent, mènent les observations, et à l’occasion soignent les animaux malades, démarrent les analyses chimiques. Ce travail demande une longue préparation: 10 ans, pour que des chimpanzés deviennent suffisamment habitués à l’homme pour que celui-ci ne les dérange pas dans leurs habitudes. Il se continue dans les laboratoires de recherche pour des analyses plus poussées, dans les zoos, pour mener des observations contrôlées sur d’autres singes.

POURQUOI S’EST-ON INTÉRESSÉ AU TRAVAIL DE SABRINA KRIEF?

Chimpanzé, Pan troglodytes schweinfurthii. Kibale National Park, Ouganda

Sabrina Krief est une scientifique d’exception, et en même temps « comme les autres »: elle est poussée par une passion, curieuse, rigoureuse, aventureuse, prête à relever des défis, y compris ceux du travail de terrain et de la coopération avec des chercheurs d’horizons divers. Elle est donc un modèle, pour les élèves et les enseignant, permettant de toucher avec main (ou du moins d’écouter et de voir) un scientifique au travail.

Sabrina mène des actions de sensibilisation des populations locales, et des actions éducatives auprès des écoles en France comme à l’étranger. Elle a contribué à élaborer une malle pédagogique, qui pèse à peine 100KG! Dans la malle, le matériel nécessaire pour se familiariser avec nos cousins les plus proches, comprendre l’évolution des espèces, le rôle de l’habitat naturel, et l’importance de le protéger. De cet habitat dépend la survie des grands singes. Malle

« Face à la disparition alarmante des grands singes et aux menaces qui pèsent sur leur unique habitat, les forêts tropicales, le projet pour la Conservation des Grands Singes avec le soutien de l’Unesco, du Muséum national d’histoire Naturelle et de la Coopération Française a créé une malle pédagogique dans le cadre d’un programme de sensibilisation. Cette malle de grande taille, regroupant plus de 100 kg de matériel, s’adresse tout particulièrement aux enfants qui vivent à proximité des forêts qui abritent des grands singes. Le projet a pour ambition de couvrir l’aire de répartition des grands singes. Le contenu de la malle présente les données actuelles concernant : leur anatomie, leur comportement, leur écologie, leur nombre et leur localisation en mettant l’accent sur les menaces qui pèsent sur eux et les solutions pour les réduire. » 

ET PUIS, LES GRANDS SINGES…

Et puis, on n’y peut rien, les grands singes nous fascinent, et on trouve dommage de les connaître au fond si peu. Pas juste pour mieux « nous » connaitre, mais parce que justement tant de mystères les entourent encore: quelle est la nature de leur culture? Comment les grands singes apprennent des autres membres de leur groupe? Enseignent-ils? Fabriquent-ils des artefacts? Quelles sont les formes de leur socialité? Quel passé, quelles modifications récentes et lointaines dans leurs trais physiques et comportementaux? Comment leur cerveau leur permet-il de percevoir, agir, communiquer?

Tant de questions qui peuvent mieux nous faire comprendre les processus et mécanismes de l’évolution, de la sélection naturelle et de l’évolution de la culture. Tant de questions qui peuvent aiguiser la curiosité des enfants de tous les âges…


Pour en savoir plus Sabrina Krief, son travail et les grands singes

kriefbooks


A bientôt sur [Lab]map.
Restez Curieux.

Publicités

Un commentaire Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s